Les heures décomposées
[retour aux oeuvres]
Extrait  Presse
Ma ville-qui
pulvérise les ombres
en reflets électriques
les flambeaux desséchés suffocants de poussière

Ma ville-là
dans l’air ficelé des gerbes de néon

- longs couloirs de fer, portes murées
soleil-verre, lace le passant
l’amour locatif - mes rues qui rôdent
alentour

femme
attirante, attentive - écartée
sous le manteau - femme à demi
femme photocopiée

Tu-Je
chemise lacérée, en dessous
Nous

 

© 2022 - Daniel Pierre Brivet