Une lueur d'espoir
[retour aux oeuvres]
Extrait  Presse
.....

RICARDO. Assieds-toi sur cette pierre !
FRANCISCO (s’assoit en tournant le dos à Ricardo). Et voilà !
RICARDO. Tu te fiches de moi ?
FRANCISCO (dans la même position). Qu’est-ce qui te fais dire ça ?
RICARDO (sèchement). Retourne-toi !
FRANCISCO. Ah ! bien sûr.
RICARDO. Ne recommence pas !
FRANCISCO. Craindrais-tu quelque chose parce que je te tourne le dos ?
RICARDO. Ne cherche pas à m’embrouiller. (Désignant une des musettes que Francisco a posée à ses pieds). Donne !
FRANCISCO (faisant mine de la lancer). Et hop !
RICARDO (pointant son fusil sur lui). Oh ! ça part si vite.
FRANCISCO. Elle est pratiquement vide.
RICARDO. Juste ma dose. Ma dernière dose. Mais je sais où me servir...
FRANCISCO. Vide !
RICARDO. Mais oui ! mon beau.
FRANCISCO (ramassant sa musette et la renversant). Rien, tout propre.
RICARDO. Quel morfal !
FRANCISCO. Je suis parti depuis si longtemps.
RICARDO. Et la gourde ?
FRANCISCO. Regarde toi-même.
RICARDO. Tu me prends pour un naïf ?
FRANCISCO. Vide !
RICARDO. Pas deux fois le même coup.
FRANCISCO. Mangé à ma faim, bu à ma soif.
RICARDO. Ouvre-la ! (Francisco dévisse le bouchon de la gourde.) Tourne-la !
FRANCISCO (la renversant brusquement). Vide !

La gourde se vide.

RICARDO. Eh ! arrête ! C’est un sabotage.
FRANCISCO. Aussitôt dit, aussitôt fait. (Secouant la gourde.) Je te l’ai dit qu’elle était vide. Mais... tu as ta dose.

.....

 

© 2022 - Daniel Pierre Brivet